Posts Tagged ‘parti indépendantiste

06
Août
08

Les dessous cachés d’Éric Tremblay et du parti indépendantiste

Avec l’avènement de l’ère des communications, la politique a radicalement changé. Je pense que c’est pour le meilleur, même si j’avoue que ce n’est pas toujours évident de le constater. Le rapport avec le parti indépendantiste est qu’il est, à mon avis, l’exemple parfait au Québec de comment faire de la politique commerçante, de la politique marketing ou de la politique de consommation, appelons-la comme on veut.

Je vais essayer de m’expliquer en utilisant de manière très superficielle l’élection du nouveau président français Nicolas Sarkozy à titre d’exemple (à ne pas suivre!!). En un minimum de mots, la campagne et l’élection de Sarkozy se résume à ça : maximum d’image et d’apparences, et minimum de contenus et de projets réels. Pour prouver ce que j’avance, je vous invite à voir les vidéos suivants:

http://www.dailymotion.com/…/sarkozy%2Bcampagne%2Bmensonge

http://www.dailymotion.com/…sarkozy-compilation-de-ses-mensonge_news

Sarko s’est donc fait élire sur des mensonges et une fausse plate-forme politique.

Maintenant, pour en venir au rapport avec Éric Tremblay et son très cher parti indépendantiste, j’avance la position suivante : il obéit au même principe du maximum d’esthétique et du minimum de contenu. En effet, tout ce qui sort de sa bouche c’est « le PQ nous a trahi » et « il nous faut un pays ». Bon, je ne dis pas que c’est faux, ni que c’est vrai. Mais je critique le fait que c’est tout ce qu’il dise et que ce faisant il nourrit la rancune, la frustration et le mécontentement. Construire un pays dans ce climat, je trouve que ça ne peut pas mener au bien. Son problème est simple : il se cache derrière le fait qu’il n’a pas de véritable projet politique pour le Québec.

Certains diront : « non ce n’est pas vrai, allez sur son site et vous verrez tous les projets de son programme autant dans les domaines de l’économie, l’infrastructure, et l’éducation. » C’est vrai, la liste est assez longue, et bien présentée. Mais d’où vient-elle, et quand est-elle apparue? Elle n’existait pas aux débuts du parti indépendantiste, elle est apparue progressivement seulement plus tard, alors que le parti a réussi à séduire des penseurs et des intellectuels, pour prendre leurs idées, et les mettre dans leur panier d’idées jusque là vide. Un autre point sur leur liste de projets : où est l’explication détaillée de chacun de ces projets? Où sont les ébauches d’un montage financier, d’une explication plus détaillée et contextuelle de la proposition? J’ai bien beau vous dire que je vais offrir un « soutien adéquat aux créateurs d’œuvres artistiques », mais dans la réalité, concrètement, ça veut dire quoi? Où est l’explication de ces belles paroles? Si quelqu’un me dit : « je vais te rendre heureux », je veux bien le croire, mais j’aimerai bien des explications d’abord sur sa méthode! Mais non, il n’y a aucune explication détaillée sur leur site. Pourquoi? Soit les projets ne viennent pas d’eux, soit eux-mêmes ne savent pas comment les réaliser!

La seule plate-forme politique du parti à sa création était « la création d’un pays ». Pas de projets sociaux, économiques ou politiques concrets, pas de réformes majeures, pas grands travaux d’infrastructure, rien. Un grand vide idéologique. La seule idée : la création d’un pays. Oui, des ambassades québécoises, une place aux Nations Unies, la création d’un ministère des affaires étrangères, des équipes nationales de hockey et de soccer, la création d’un bureau québécois des brevets, la création d’un service québécois des postes… Attendez un peu, serait-ce une blague ou voilà simplement des conséquences directes de la création d’un pays? C’est comme si je vous disais que j’allais vous faire une excellente omelette. Et quand vous me posez des questions pour en savoir plus, je vous répondais : je vais utiliser des œufs, un peu d’eau, un batteur pour la préparation, une poêle pour la chauffer… Vous ne prendrez mon omelette pas tellement au sérieux, et je vous comprendrai! Où est la différence avec le parti indépendantiste?

Ce que je trouve personnellement douteux d’Éric Tremblay c’est qu’en tant qu’avocat vraiment souverainiste (comme il prétend l’être), il devrait avoir des idées intéressantes en terme constitutionnel, institutionnel, légal, juridique, mais pas un mot de ce côté-là. C’est louche. Je n’envisage pas l’option qu’il n’ait aucun plan car il me semble néanmoins doté d’une certaine intelligence et il ne serait pas en train de s’investir autant. Il a donc un plan, mais il se garde bien d’en parler. Pourquoi? Une seule raison reste apparente : parce qu’il est beaucoup plus sombre que ses beaux yeux bleus. Quel est-il en détail ce plan? Je ne sais pas. Mais un indice est très frappant : son allégeance ouverte et intégrale au principe du libre-échange. Libre-échange, libre marché, néo-libéralisme, etc. ne sont-ils pas incompatibles avec les valeurs québécoises de justice et égalité sociale? (Je suis en train de rédiger un article sur ce sujet que je publierai dès que je l’aurai terminé, en espérant vous dévoiler l’arnaque qui se cache derrière cette théorie économique.) M. Éric Tremblay cache donc son véritable projet légal et juridique tout en attirant des sympathisants avec le discours simpliste de « on veut un pays ». Ensuite, il rallie des projets appréciés par la population de manière purement extérieure et superficielle question de s’inventer une légitimité politique, et le tour est joué. Reste maintenant à maintenir une bonne campagne publicitaire et de relations publiques, faire attention à ne pas trop se faire exposer (comme je suis en train de le faire!!), et peut-être arriveront-ils à atteindre un certain statut dans l’échiquier politique du Québec.

Je ne cherche pas à semer ni la zizanie ni la division du vote, mais simplement de montrer ce qui d’après moi saute aux yeux : la séduction qu’opère le parti indépendantiste et son chef Éric Tremblay auprès de la population québécoise, des souverainistes plus particulièrement, et de manière encore plus particulière auprès des souverainistes désabusés.

Je m’attends peut-être à ce que la personne concernée lise cette article. Je lui dis que je suis ouvert à toute discussion, et même au débat public sur le sujet s’il le faut, et que je suis quelqu’un qui essaie de voir la réalité en face, et que si je me suis grossièrement trompé je l’admettrai et m’en excuserai ouvertement.

Publicités